La passion du carnassier en float tube

  • peche en float tube

Il y a maintenant une vingtaine d’années que j’écume les Pays-bas et presque 10 ans que je pêche en float tube. C’est en 2008 que je décide de vendre mon bâteau pour en acheter un flambant neuf. En attendant de trouver la perle rare, je sors de son carton un float tube acheté quelques années auparavant. Les premières sorties, bien que un peu folkloriques, seront décisives. Il était trop tard, j’avais attrapé le virus de la chambre à air Smile.

Pourquoi le float tube?

Tout d’abord la préparation

Le float tube a l’avantage de demander très peu de préparation. Quelques minutes suffisent à le charger dans le coffre arrière de la voiture et encore quelques minutes pour le gonfler et le mettre à l’eau une fois arrivé sur le poste de pêche. Le temps gagné en préparation, c’est du temps gagné à la pêche!

L’accessibilité et la flexibilité

Le float tube est tout terrains et contrairement au bâteau ,pas besoin de mise à l’eau. Peu importe l’endroit que vous vous décidez à explorer, il y aura (presque) toujours moyen de mettre votre float à l’eau.

La précision

Voilà sans aucun doute pour moi l’avantage le plus concurrentiel du float tube. Quand en bâteau la précision est de l’ordre du mètre, en float tube elle est de l’ordre du centimètre! Et c’est cette précision qui change tout quand le poisson est difficile.

Le silence

La pêche pour moi est le moment ou je peu me ressourcer. Le float me permet de glisser des heures entières dans le calme le plus complet et sans poluer ,ce qui ne gâche rien.

Le prix

Pour quelques centaines d’euros, tout le monde peu acquérir sa “fish machine” et quitter le bord pour pêcher en toute liberté, tranquilité et surtout explorer des endroits peu ou pas pêchés.

  • float tube peche

Où pêcher en float tube?

Les grands lacs

Je pratique depuis longtemps les grands lacs zélandais avec un faible pour le Volkerak. Pour des question de sécurité ,Il est fortement conseillé de s’assurer que l’on pêche sous le vent par rapport à la berge( quand le vent pousse vers la berge). Restez toutefois attentif, il est courant sur les grands lacs que le vent change de direction en cours de journée. Enfin, la prudence veut que l’on soit accompagné d’un autre “tubeur” pour pratiquer la pêche sur les grands lacs.

Les rivières

Toutefois, l’année dernière le vent n’a pas souvent faibli. Et m’a conduit tout naturellement à me diriger vers les rivières plus à l’intérieur des terres et moins soumises aux aléas du vent.
Ma premières sortie fut une grande surprise avec 38 poissons au compteur! Et même si ce n’est pas le cas à chaque fois, il est courant de faire entre 10 et 15 prises par sortie.
Cela s’explique sans doute parce que les mises à l’eau ainsi que les accès de la berge pour les pêcheur du bord de l’eau sont peu nombreux sur les rivières et que la pression de pêche y est donc très faibles.
Les rivières sont nombreuses et j’en explore sans cesse de nouvelles. Tronçons par tronçons, mètre par mètre… Et je suis rarement déçu.
Toutefois n’hésitez pas à vous déplacer beaucoup, car contrairement aux grands lacs , le poisson est rarement concentré au même endroit et il faut palmer pour le mériter Smile.

  • Pêche du sandre aux leurres en float tube

Et si on parlait techniques?

Pour les grands lacs, ma technique de prédilection reste la verticale. Quoiqu’il m’arrive de plus en plus souvent d’aller “taper” dans la berge en lancer ramener avec souvent de belles surprises à la clé.
Pour les rivières, je me dépalce assez rapidement en pratiquant la diagonale au pied de la cassure. Lorsque je repère un poste à vue , je l’attaque d’abord au lancer ramener en essayant d’explorer toutes les couches d’eau. Puis à la verticale.
Faire preuve de créativité est souvent nécessaire quand le poisson ne mord pas. Le début de saison fut révélateur qu’aucune technique n’est à écarter. En effet les fortes pluies de début juin ont gonflés les rivières et grossis le courant. Ma deuxième sortie allait se solder par un capot quand mon ami Fred trouva le pathern gagnant. Dans moins de 2m d’eau, à la verticale, plombé à 18gr avec un leurre fluo, il venait de toucher un poisson.
Les jours qui suivirent confirmèrent la stratégie avec le surlendemain, dans les même conditions , une sortie à 23 sandres.
Quelques semaines plus tard, en exploration sur le Vecht près de Amsterdam, le poisson se faisait tatillon. Je me décidais à tester une autre idée farfelue: Le pélagic ligth. Dans 3m d’eau je pendais un Rumble 9cm à 1m du fond monté sur un plomb fooball de 10gr. Le résultat ne se fit pas attendre. En 2 avant-midis 12 brochets se sont laissés tenter dont 2 passaient le mètre.

  • Sandre aux leurres en float tube

Les acessoires

Les palmes

Si vous êtes “tubeur” débutant je ne saurais trop vous conseiller d’opter pour des palmes courtes. Elle vous permettront de prendre en main plus facilement le maniement de votre float et la navigation en sera facilitée au début.
Une fois la prise en mains treminée, je vous conseille de vous diriger vers des palmes plus longues qui, en lacs comme en rivières, vous permettront des déplacements plus important et de fournir moins d’efforts.

Les waders

Il en existe à tous les prix, de tous les modèles. Le reste est une question de confort et de budget.

Echosondeur or not echosondeur?

Pour les grands lacs, l’echosondeur me semble indispensable, avec une bonne recherche sur les cartes des fonds au préalable. Pour informations, Navionics App vous permet de consulter les cartes des fonds tout à fait gratuitement ce qui vous fera gagner un temps précieux en recherche de postes une fois que vous serez en action de pêche. N’oubliez pas non plus de vérifier le vent avant de partir.
Pour les rivières, la pêche à vue convient très bien et elle a même quelque chose d’excitant. Chaque ébouli de pierres, chaque changement de configuation dans la berge, chaque branche immergée, chaque pont… Sont autant de postes qui peuvent dissimuler un carnassier.
Toutefois quand j’explore un nouveau tronçon de rivière, j’utilise l’echo. Mais une fois le repérage terminé, je le coupe. Les rivières pratiquées ayant une faible profondeur ( 3 à 4 m maximum), les passages et repassages fréquents à l’echo peuvent faire fuir le poisson. Et contrairement aux grands lacs, il y a suffisemment de repères visuels pour revenir facilement sur un bon poste.
Question réglage, je vous conseille d’opter pour la haute fréquence (200hz) pour les grands lacs et les pêches verticales et la basse fréquences (83hz) pour les rivières. Pour le float , un “ping” (vitesse de retour de l’echo) normal à lent. N’oubliez pas de désactiver le Fish ID ainsi que de mettre la réjection de bruit et la clareté de surface sur “off”. Pour le reste vous trouverez tous les tutos nécessaires aux régalges de votre échosondeur sur Youtube.
Enfin l’indispensable gilet de sauvetage qui vous permettra de pratiquer votre passion en toute sécurité.
Cette liste d’accessoires n’est pas exhaustive. Aujourd’hui les accessoires pour float tube sont de plus en plus nombreux sur le marché (porte cannes, fixation d’echosondeur, …) Je reste toutefois persuadé que le bricolage (pour ceux qui ont le temps) reste un bon moyen de customiser son float tube à moindre coût.
Pour le reste, il demeure le conseil de notre expert préfèré, le bienveillant Peter DeKock qui ne manquera pas de vous aiguiller avec précision.


Quelques liens utiles

Pour vérifier le vent avant de partir: http://www.windguru.cz

 Pour verifier les cartes du fond: https://webapp.navionics.com

 Bonne pêche et à un de ces quatre matins au bord de l’eau ;-)

 

Question: 

Vous voulez me poser une question au sujet de cet article?
Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.