Brochet métré en hiver

Cadeau de Noël venu du fond …….

  • brochets metres

La période à venir ne sera pas des plus faciles pour ceux qui voudront assouvir leur passion.

Une sérieuse vague de froid accentuée par un vent d’est soutenu est annoncée. Il y a certainement des conditions atmosphériques plus agréables pour se rendre sur l’eau.

Avant l’arrivée de ces mauvaises conditions climatiques, j’ai pris quelques jours de congé pour aller pêcher le brochet. Bien que ces journées s’annoncent difficiles, avec un peu de chance, on peut très bien y trouver du poisson actif : reste alors à trouver la technique la plus productive pour séduire nos amis et ainsi pouvoir en profiter pleinement.

La semaine dernière, nous nous sommes retrouvés dans le bateau avec Thijs Vandersanden de www.metersnoeken.nl.    Cela fait deux saisons que nous sommes en contact et, depuis lors, nous avons eu l’occasion de partager de très belles journées sur et au bord de l’eau : aussi bien des journées avec plus de 15  brochets sur les grands plans d’eau que des sorties hivernales glaciales avec 0 comme résultat ! Quoi qu’il en soit, ces rencontres nous ont procuré et nous procureront toujours beaucoup de plaisir, et c’est bien çà  le plus important.

Nous nous fixons rendez-vous de bonne heure. Etant donné que les journées hivernales sont très courtes, nous mettons tout en œuvre pour les exploiter pleinement.. Dès l’aube, le bateau est mis à l’eau et nous naviguons très rapidement vers les postes à brochet sélectionnés.. Dès les premières clartés du jour, nous pouvons réellement commencer la pêche et pratiquerons sans interruption jusqu’à la tombée de la nuit, il sera alors grand temps de regagner la mise à l’eau. Il faisait encore sombre lorsque nous avons commencé à traîner au-dessus d’un talus raide du secteur avant de nous y attarder pour y pêcher ensuite au lancer. Tout en prospectant de la sorte, nous avons rapidement pu remarquer une détection importante de poisson fourrage. Thijs m’indiqua aussitôt son intention de pêcher plus profond. Le brochet se tenant le plus souvent à l’affût en dessous de sa source de nourriture. Il me regarda tout étonné lorsqu’il me vit monté un « swimbait » puisque ceci allait à l’encontre de son raisonnement . Il n’avait évidemment pas vu que j’avais enfiler un plomb de 30 grammes avant mon bas- de- ligne dans le but de faire évoluer le leurre plus profondément en espérant y enregistrer une attaque. Celle-ci allait se produire à peine quelques 200 mètres plus loin. Juste après avoir éteint le moteur pour y pêcher le secteur au lancer et mon « swimbait » fut aussitôt happé. J’eu à peine le temps de ressentir les coups de tête du poisson que celui-ci se décrocha aussi vite. M…e, action rapide mais sans résultat. Espérons que ce ne sera pas ma seule touche de la journée, ce serait vraiment dommage. En même temps, Thijs jeta un œil sur le plomb : « pas bête le Belge …..certainement pas ! »

  • screeming devil

A peine le fronttroller à l’eau, nous commençons à pêcher au lancer comme deux fous. Nous mettons également l’échosondeur hors tension : d’une part pour contrer l’éducation du poisson méfiant et d’autre part afin d’éviter le bruit incessant de l’alarme de haut-fond. Pas tellement qu’il fasse peu profond, mais tout simplement parce qu’il y a énormément de poisson fourrage sur le secteur. L’écran est complètement noir et a même difficile de donner la profondeur exacte. Chaque lancer provoque une sensation de touche, mais ce ne sont que des poissons-fourrages qui sont accrochés au passage! Régulièrement, nous allons même devoir y décrocher des petits gardons, perchettes qui se sont malencontreusement harponnés à nos leurres.

Le but est que, dans une telle configuration, on essaye de pêcher en dessous du poisson-fourrage, ou juste en dehors du banc à proximité des obstacles, des avancées en béton ou des bateaux. Pour ce faire, nous utilisons des leurres qui descendent profondément et notamment des « shads » assez lourds: le « replicant », les « pro shads » de chez Fox et le shad « attractor » de chez Profiblinker. Les shads que nous utilisons sont, en règle générale, montés sur une tête plombée variant entre 25 et 40 grammes. La manière de pêcher est simple: lancer, accompagner la descente et « jigger » en récupération lente. Le shad a à peine touché le fond qu’il est « lifté » d’ ½ mètre. Il est ensuite contrôlé et freiné jusqu’à son retour sur le fond. Nous pratiquons également avec des poissons-nageurs bruiteurs lourds et coulants: le « Rat’l Rap » de chez Bill Lewis, le fameux et réputé « Screaming Devil » et avec un lourd spinnerbait, « Le Laser », aussi de chez Fox.

Lors de la phase de descente de mon leurre, je ressentis distinctement un relâché dans la tension de la ligne auquel je répondis par un ferrage appuyé suivi aussitôt par un blocage de la canne et le déroulement instantané de quelques mètres de ligne de mon moulinet casting. A coup sûr, il s’agit d’un beau brochet qui m’offre un beau combat: c’est un brochet métré et bien gras, super et objectif atteint !

« Yeaaah », après les réjouissances, nous continuons à pêcher un peu plus loin. Et quelques temps plus tard nous assistons au scénario identique. Cette fois, je peux épuiser un beau brochet de 90+.
Je pris une tasse de café et vins à la hauteur de Thijs pour le taquiner un peu: "eh oui, je peux déjà m’octroyer une pause café". Ceci ne le perturba nullement, il est vrai qu’hier, sa journée de pêche s’est soldée par la prise de 7 brochets avec, comme bonus, un superbe poisson de 119 cm….
Par la suite, le secteur est devenu beaucoup trop visité par les autres pêcheurs. Pour nous cela signifiait le déménagement vers un autre poste de pêche plus calme. Arrivés sur place, nous avons d’abord commencé par traîner en naviguant le long d’une rangée de péniches, afin de découvrir le secteur en toute quiétude. Je n’eu même pas le temps d’espérer que la chance allait enfin sourire à Thijs qu’un brochet s’était emparé de mon montage shad et cette fois, il y était bien accroché. Encore un brochet métré! Ma journée était déjà bien réussie. Quant à Thijs, cette situation devait tout doucement commencer à le ronger! "Déjà 3-0, ce n’est pas possible"…. A peine avait-il prononcé ces mots qu’une grosse ombre noire venait happer son Pro shad au pied du bateau! "Nico, à nouveau un beau poisson qui a tout d’un brochet métré." Eh oui, il s’agissait de toute évidence du troisième brochet métré de la journée capturé juste à l’heure de midi. Quelle folie!!!

  • peche brochet métré en hiver

De telles journées sont vraiment une belle récompense à la persévérance et font vite oublier les sorties improductives ou difficiles. Nous jouissons pleinement de la capture de ces beaux brochets d’hiver bien dodus.
Après-midi, je pris encore 3 brochets au lancer. En rentrant à la traîne en direction de la mise à l’eau, Thijs scora encore avec un brochet dans les 90 pris avec un poisson-nageur Litt’l Ernie. Ce poisson-nageur a souvent été un sujet de discussion entre-nous. Bien qu’il représente une valeur sure pour de nombreux pêcheurs de brochets,  je ne suis pas encore parvenu à prendre un seul brochet avec. Par contre, il m’a déjà permis de capturer quelques sandres. A chaque sortie avec Thijs, le Litt’l Ernie est au moins utilisé une fois. Il a voulu à nouveau me donner la preuve de sa rentabilité et c’est de nouveau réussi!

  • en hiver brochets metres

Avec 8 poissons dans le bateau dont 3 brochets métrés et encore 2 x 90+, nous pouvons nous réjouir et rentrés heureux. Nous réalisons que de tels résultats sont hors norme et nous avons pu en profiter pleinement. Nous considérons cette réussite comme une récompense à notre détermination.

Pour réussir, je vous donnerais comme conseil: de rechercher le poisson-fourrage, de préférence là où il y a de la structure où des obstacles, des bateaux ou des piliers en béton. Pêchez profondément, le brochet se trouve le plus souvent en-dessous du poisson-fourrage. A cette période, la présence de sangsues sur les nageoires du poisson sont une preuve évidente que le brochet se tient sur le fond.

Espérons que la période glaciale à venir ne nuira pas trop à la pêche. Il ne me reste plus qu’à vous souhaitez de joyeuses fêtes et une année 2009 prospère avec de très agréables et riches moments halieutiques.

 

Salutations halieutiques.

 

Nico

Vous avez encore des questions au sujet de cet article?
Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.